top of page
  • Photo du rédacteurRédaction

Caminade mise sur le sur-mesure et le réemploi

La marque française des Pyrénées-Orientales a développé son savoir-faire autour du cadre et du sur-mesure. En privilégiant le titane comme matériau.

« Il y a d’une part une technique de soudure de titane et d’autre part l’assemblage de tubes en titane par collage », remarque Brice Etailly, cofondateur d’une entreprise de 7 collaborateurs. Une certaine singularité quand la majorité des cadres sont fabriqués en Asie. Outre un bureau d’étude permettant de fabriquer des cadres, Caminade qui vend entre 100 et 150 vélos sur-mesure par an pour un panier moyen de 4 500 €, a pris un nouveau virage depuis le début de l’année autour du réemploi de vélo. En effet, depuis le 1er juillet, Caminade a mis en place, dans le cadre de la loi Agec, une méthode pour transformer un vélo classique en vélo cargo dans une démarche d’upcycling vertueux : « L’objectif est de réaliser un vélo-cargo à bas-coût à partir de vieux biclous, ce qui permettrait de contribuer à révolutionner la filière en France mais aussi l’usage du vélo en zone urbaine », poursuit Brice Etailly. Avec une croissance forte (hors Covid) jusqu’à +40% par an, Caminade, qui a réalisé un CA de 710 000 euros en 2022, compte récupérer 10 000 vélos et réaliser à horizon 2024 près de 1 400 cargos. Le tout en clamant haut et fort le travail artisanal Made in France. // TL

16 vues0 commentaire

Comments


bottom of page