top of page
  • Photo du rédacteurRédaction

Cyclable, un développement tous azimuts

Dernière mise à jour : 20 févr.

Franchises, entreprises, seconde main… l’enseigne Cyclable accélère son développement dans l’Hexagone. 



« Nous avons la volonté de déployer notre offre de services dans les villes, grandes ou moyennes, afin de contribuer à créer de nouveaux cyclistes », souligne en préambule Céline Forestier, pdg de Cyclable. Spécialiste du vélo urbain et de voyage, l’enseigne (contrôlée par le fonds d’investissement Calcium Capital et l’investisseur historique Roland Barthez) compte 75 magasins en France et en Suisse, d’une superficie de 150 à 250m2, pour un chiffre d’affaires de 75 M€.  « Nous visons en priorité les agglomérations qui ont mis en place des politiques cyclables, poursuit Céline Forestier. Nous consolidons notre présence dans les grandes villes comme Lyon [siège de la société, Ndlr], où nous ouvrons un sixième magasin en mars Place Bellecour. D’autre part, nous nous implantons aussi dans des villes moyennes comme Nancy ou Avignon, où il y a une réelle demande. »

 

Le réseau va s’étoffer au cours du printemps prochain de nouvelles franchises à Valence, Montreuil (Seine-Saint-Denis), Vannes, Annemasse, ainsi qu’en Suisse avec une troisième boutique à Genève (quartier Eaux-Vives) et un magasin à Bienne (canton de Berne). Parallèlement à ces créations ex-nihilo, Cyclable étudie également le rapprochement avec des magasins existants dans des zones plus concurrentielles.

« Nous sommes sur un marché en pleine structuration et transformation. Après des années où il était facile de rester indépendant, nous avons aujourd’hui des demandes de magasins souhaitant avoir l’appui d’un réseau, ce qui permet de faciliter le métier au quotidien », indique Céline Forestier.

 

Parallèlement au maillage du territoire, Cyclable souhaite se développer en BtoB sur le marché des entreprises, grandes et petites. Déjà actif dans la région lyonnaise, l’entreprise s’est attaquée au marché parisien avec l’ouverture en octobre dernier d’un showroom dans le 15ème arrondissement dédié aux entreprises.

Troisième axe de développement, la seconde main. « On en a toujours fait mais il s’agit maintenant de professionnaliser l’offre en lien avec nos partenaires UpWay et Rutile », précise Céline Forestier. L’enseigne poursuit son développement tous azimuts, avec l’objectif d’une centaine de magasins d’ici 2026. // EG

99 vues0 commentaire

Comments


bottom of page